X
Identifiant Mot de passe
  Administrer le blog Créer un Blog ToutApprendre Test de langues
melanieinfirmiere
Friday 27 June 2014, a 11:27
Enregistrement ADELI
 

Infirmiers fraîchements diplômés, vous avez UN MOIS pour vous faire enregistrer à l\'ARS, sur le répertoire ADELI suite à la prise de vos nouvelles fonctions (arrêté ministériel du 27 mai 1998-Jo du 17 juillet 1998)

 

Vous pouvez aussi adresser un courrier recommandé avec accusé de réception à l\'ARS de votre région (service ADELI) avec le formulaire suivant :

 

https://www.formulaires.modernisation.gouv.fr/gf/cerfa_10906.do

 

 

L\'enregistrement au répertoire ADELI doit se faire à chaque changement de région d\'exercice.

Wednesday 28 May 2014, a 15:43
Amour et Bétadine, les risques du métier...
 

Infirmier psy ou comment écrire les situations \"cocasses\" du quotidien

Un super article à lire :

 

http://www.infirmiers.com/ressources-infirmieres/humour/amour-betadine-risques-du-metier.html

Wednesday 03 July 2013, a 07:43
Hospices de Beaune
 

Ce WE,  nous sommes allés visiter les hospices de Beaune, ou plus précisément, l'Hôtel Dieu.

L'hôtel Dieu fût fondé en 1443 par Nicolas ROLIN, richissime chancelier du duc Philippe III de Bourgogne, et son épouse Guigone DE SALIN. Ils hésitèrent longtemps entre Autun et Beaune mais choisirent cette dernière pour son important taux de passage.

« Moi, Nicolas Rolin, chevalier, citoyen d'Autun, seigneur d'Authume et chancelier de Bourgogne, en ce jour de dimanche, le 4 du mois d'août, en l'an de Seigneur 1443 ... dans l'intérêt de mon salut, désireux d'échanger contre des biens célestes, les biens temporels ... je fonde, et dote irrévocablement en la ville de Beaune, un hôpital pour les pauvres malades, avec une chapelle, en l'honneur de Dieu et de sa glorieuse mère ... »

Une belle visite qui ne devrait échapper aux yeux des infirmiers d'aujourd'hui... Il est des témoignages qui nous font réfléchir ;)

Thursday 20 June 2013, a 19:18
La retraite à 70 ans
 

Wednesday 08 May 2013, a 22:32
En général les infirmières...
 

Wednesday 01 May 2013, a 09:51
De mon temps...
 

...les infirmières ne faisaient pas parties des rêves fantasmatiques des hommes (enfin, je crois)

Tuesday 26 March 2013, a 18:02
Rassemblement "Ni bonne, ni nonne, ni pigeonne"
 

Le collectif  "Ni bonne, Ni nonne, Ni pigeonne" organise un rassemblement à Paris le 12 mai 2013 (journée internationale de l'infirmière).
Le groupe, qui rassemble déjà 35000 membres, compte sur votre présence.

Pour plus d'actu, retrouvez la page facebook du collectif

Wednesday 13 March 2013, a 21:25
La retraite de Ginette
 

TROP FORT !



Thursday 18 October 2012, a 23:27
Virginia Henderson au salon infirmier 2012
 

Comme vous le savez, le Salon Infirmier 2012 a lieu la semaine prochaine du 24 au 26 Octobre.
A cette occasion, la page Facebook
Parce que je connais par cœur les 14 besoins de Virginia Henderson a décidé de mettre en scène sa mascotte.

 

En effet, Virginia Henderson elle-même va parcourir les allées du salon pendant les 3 jours de l'événement ! Arriverez-vous à la reconnaitre ?


Pour vous aider, voici quelques indices qui vous permettront de la distinguer en un clin d'oeil au milieu de la foule qu'accueillera la salon :

 



Inline image 1

Wednesday 17 October 2012, a 10:20
Envie de faire du sanitaire ?
 

L'EPRUS (l'Etablissement de Préparation et de Réponse aux Urgences Sanitaires),établissement public qui dépend du Ministère de la santé, a pour mission de faciliter l'organisation et le déploiement des forces de santé en cas de crise sanitaire exceptionnelle, en France et à l'étranger.

 

Il participe notamment à la protection et au secours des citoyens français, des expatriés à l'étranger, mais aussi des populations meurtries dans le monde, dans le cadre de l'aide humanitaire d'Etat.


Sa Réserve Sanitaire est composée de professionnels de santé volontaires, qui souhaitent s'engager pour aider des populations en danger. Elle compte aujourd'hui près de 7000 réservistes professionnels de santé (actifs, retraités et étudiants des filières médicales).

L'établissement sera présent au Salon Infirmier du 24 au 26 octobre à Paris Porte de Versailles, pour présenter ses missions et recruter de nouveaux professionnels de santé, dans le but de renforcer sa Réserve Sanitaire.

 

Si vous êtes intéressé pour vous investir dans l'humataire d'Etat, vous pourrez donc prendre contact avec l'EPRUS sur le salon infirmier, afin de  mieux  connaître ses missions, comprendre comment concilier le volontariat avec sa vie professionnelle, etc.

Thursday 23 August 2012, a 16:36
Jobvitae (recherche d'emploi)
 

Jobvitae est un site spécialisé dans l'offre d'emploi dans le domaine de la santé, et notamment des infirmiers.

Si vous chercher un poste, aller donc faire un tour sur leur site

Saturday 07 July 2012, a 09:49
Les infirmières vues par...
 


Friday 06 April 2012, a 17:34
Nouvelle grille de salaire
 

Des heures que je cherchais les nouvelles grilles de salaires avec application des nouveaux indices en juillet 2012.

Je remercie Michel A. qui a trouvé mon "bonheur"sur le site de la CNI (Coordination Nationale des Infirmières).

Je vous mets donc le lien ci dessous, ça peut servir... de voir qu'on va encore se faire entuber (en nous faisant croire le contraire) :

http://www.coordination-nationale-infirmiere.org/index.php/Nouvelle-grille-des-salaires/Nouvelle-grille-des-salaires.html

Tuesday 14 February 2012, a 16:00
Un an de prison ferme pour l'infirmière fraudeuse
 

ARTICLE DU SITE INFIRMIERS.COM


Une infirmière libérale a été condamnée le 6 février 2012 à trois ans d'emprisonnement, dont un ferme, pour fraude à l'assurance maladie, par le Tribunal correctionnel de Melun.

Elle devra verser, au titre du préjudice, 393.526 euros à la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) de Seine-et-Marne, et ne pourra plus exercer la profession d'infirmière à titre libéral pendant cinq ans, a précisé à l'APM son avocate Geneviève Beltran. Elle a estimé que l'infirmière, qui n'a pas fait l'objet d'un mandat de dépôt, bénéficierait probablement d'un aménagement de peine. Il pourrait s'agir d'un régime de semi-liberté, ou du port d'un bracelet électronique.

Elle aura l'obligation de travailler et de contribuer à indemniser l'assurance maladie, a précisé à l'APM l'avocat de la CPAM, Me David Bouaziz.


Les infractions retenues contre cette soignante de 45 ans, domiciliée à Bussy-Saint-Georges (Seine-et-Marne), sont celles d'"escroquerie" et de "faux et usage de faux", ont indiqué les deux avocats.


La CPAM reprochait à la soignante la déclaration d'actes fictifs, la surfacturation d'actes et d'indemnités kilométriques, ainsi que la falsification d'ordonnances.


La somme de 393.526 euros était celle réclamée par la CPAM à l'audience, pour les années 2007 et 2008, a expliqué David Bouaziz. Il a expliqué que ce montant avait été limité par le délai de prescription.


Il a estimé que la fraude était "organisée depuis 2003, au minimum", et que le préjudice réel dépassait certainement ... LA SUITE SUR LE SITE D'INFIRMIERS.COM

Tuesday 13 December 2011, a 17:25
Emploi infirmière
 

Le site annonces-medicales.com existe depuis plus de 10 ans et est un site d'emploi gratuit pour les professionnels de santé.  Chaque jours près de 5000 visiteurs s'y rendent.

Depuis quelques mois, ils ont renforcé leur service pour les infirmiers. Vous pouvez donc consulter les offres d'emploi directement dans leur rubrique emploi infirmière

Friday 09 December 2011, a 19:36
5 spécialités - 5 portraits d'infirmières
 


  Gériatrie  Rothschild        http://youtu.be/06rJ1vZLOJI

  Néphrologie Tenon        http://www.youtube.com/watch?v=G0URA0pMIKY

  Urgences  St Antoine    http://www.youtube.com/watch?v=iWeunhoHpDw

  Pédiatrie  Trousseau    http://www.youtube.com/watch?v=kXj6DVjujMg

  Hématologie clinique    http://www.youtube.com/watch?v=vIZi3XfwpG0

Saturday 26 November 2011, a 07:47
Staffsanté
 

Je transmets ci après des infos reçues par Charlotte D. et qui peuvent s'avérer assez utiles.

Voici l'adresse de sites dédiés à la santé et au médico-social.

www.staffsante.fr

www.staffsocial.fr

Les deux proposent des offres d'emploi pour les infirmier(e)s.
On peut notamment déposer son CV en ligne (en anonyme si l'on est déjà en poste, petit argument supplémentaire)

Et si on s'inscrit sur l"un, on est également inscrit sur l'autre (comme ça on ne perd pas trop de temps)

Saturday 22 October 2011, a 12:54
Déformation professionnelle
 

Vous reconnaissez-vous ?


1) Des adjectifs tels que « abondant », « beaucoup » ou « plein » deviennent : +++


2) Tu observes les veines de tes amis !


3) Tu es capable de lire l'écriture d'un médecin...


4) Tu te laves les mains 2 354 601 fois par jour !


5) Tu es capable d'entendre des choses écœurantes durant ton dîner sans que ça ne te coupe l'appétit !


6) Tu colles tout avec du sparadrap de l'hôpital !


7) T'as la vessie de la grosseur d'un tank à force de te retenir !


8) Tu n'arrêtes pas de répéter que "non la tenue infirmier(e) n'est pas un fantasme : elle est moche et tout sauf excitante... Mais elle est confortable !"


9) Tu te fais regarder de travers quand tu dis ''dites-moi à combien est votre douleur sur 10'' !


10) Tu as 6 yeux, 8 bras, 4 jambes et beaucoup de doigts...


11) Personne ne veut plus regarder des émissions ou séries médicales avec toi parce que tu critiques et commentes tout !


12) Tu restes en admiration devant une plaie de 25cm de long sur 3cm de large et tu dis fièrement à ton patient « Aaaah ! C'est super beau, je suis contente, vous avez vu comme c'est beau ???»


13) Tu sais à quelle heure tu vas travailler, mais tu ne sais pas à quelle heure tu vas repartir et bien souvent tu finis plus tard sans être rémunérée !


14) Tu n'appelleras jamais ta fille Méléna ou rien qui peut ressembler à cela !


15) Tu espères que celui qui dit « C'est bien tranquille aujourd'hui » va se faire foudroyer sur le champ !


16) Tu connais plus de 3 qualificatifs différents pour la douleur et tu sais ce que veux dire « Escherichia-coli »


17) Tu trouves que même la quiche aux épinards carbonisée faite par ton petit frère est meilleure que les plateaux de l'hôpital...


18) Tu entends dire ''Ah tu es infirmier(e), et bien tu ne manqueras pas de travail hein!'' à chaque fois que tu dis quel est ton métier !


19) Tu as déjà vu des selles de couleur inimaginable !


20) Tu trouves que tu pratiques la plus belle des professions même si tu as zéro condition de travail et zéro condition de vie !

Tuesday 11 October 2011, a 20:56
HUPNVS
 

Groupe hospitalier Hôpitaux Universitaires Paris Nord-Val de Seine :
Un groupe hospitalier, cinq hôpitaux engagés dans leur offre de soins.

Parce qu'à un moment donné de leur vie, des centaines de millier de personnes ont eu besoin de nos services, de vos services...
Merci à tous mes collègues pour le beau corps de métier que nous formons : les professionnels de la santé.



Tuesday 11 October 2011, a 20:50
Infirmiers à l'hôpital Necker
 

Parce que de petits anges ont besoin de professionnels comme vous...l'Hôpital Necker Enfants Malades recrute



Friday 16 September 2011, a 22:01
Des professionnels en action
 

Cette vidéo réalisée par l'hôpital Robert Debré (AP-HP) nous dévoile des images de professionnels paramédicaux dans l'exercice de leur fonction.



Friday 29 July 2011, a 08:22
Ordre infirmier : dernier épisode
 

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs,
Nombreux à suivre l' "Ordre National des Infirmiers", j'ai le regret de vous annoncer que sera diffusé ce jour le dernier volet de cette longue saga dont le premier épisode -je vous le rappelle - a eu lieu en septembre 2006.

Afin de rafraichir votre mémoire, je me permets de vous résumer ci-après les grandes lignes de cette fabuleuse série.

A sa création, l'"Ordre National des Infirmiers" avait de multiples objectifs pour lesquels il lui fallait tout de même un certain budget. Après plusieurs réunions au sommet et de grandes idées lancées, la première élection officielle du conseil de l'ordre a lieu en 2008 suivi en 2009 de l'élection de la présidente de l'ordre.

L'ordre s'agrandit en termes de personnels et s'offre de somptueux locaux dans les beaux quartiers de Paris (disons que la superficie de votre maison représente un minime pourcentage de celle du siège social de l'ONI)

Bien entendu, l'"Ordre National des Infirmiers" entend bien rentrer dans ses frais (et quels frais!!!!) en touchant la cotisation des 480 000 infirmiers exerçant en France.

Rebondissement inattendu par l'ONI : la majeure partie des infirmiers refuse de payer les 75 euros annuel demandés par l'ordre !  Des rappels assènent les professionnels, leur rappelant que s'il ne cotisent pas à l 'ordre, ils sont en exercice illégal de la profession et risquent le renvoi de leur établissement...
[Non sérieux, ils nous ont pris pour des bleus ou quoi ?]

Faute de pouvoir "raquetter" les vieux de la vielle, l'ONI s'en prend alors aux jeunes diplômés et aux étudiants qu'il contraignent à payer sans quoi ils ne pourront pas avoir de poste ! SCANDALEUX !!!

Après de multiples manifestations infirmières (réclamant l'abrogation de l'ordre), l'ONI décide de diminuer le montant de la cotisation et de la ramener à 30 euros par an (tant pis pour ceux et celles qui en ont raqué 75 !). Mais le chantage n'y fait rien, les infirmiers ne cèdent pas et campent sur leur position.

Aujourd'hui à bout de souffle, sans un sou et surtout surendetté, l'"Ordre National des Infirmiers" jette l'éponge" et DEPOSE LE BILAN ! David Vasseur (Président par interim de l'ONI) démissionne après avoir quémandé un dernier recours auprès de Mr Sarkosy.

Je rappelle tout de même les missions que s'était fixé l'"Ordre National des Infirmiers" :
 - Contrôle de la profession
- Conseil et soutien en cas de problème déontologique dans l'exercice de la profession
- Développement des compétences
- Défense lors d'un préjudice
- Conciliation lors de litiges
- Promotion de la profession
- Suivi démographique de la profession

Aujourd'hui, ça me fait doucement sourire...
*** THE END ***

Monday 13 June 2011, a 08:44
Refus de soins du patient
 

Parce que l'on m'a souvent posé la question, je partage avec vous un article lu sur le site de la MACSF sur le REFUS DE SOINS DU PATIENT.

Récemment, je pensais ironiquement (tout haut, ce que certains pensent tout bas et n'osent pas dire...peut être à raison...ou pas ?) que nous avons fait de grands progrès dans le domaine de la prise en charge des patients.
A savoir que :
AVANT, on ne demandait pas l'avis des patients
AUJOURD'HUI, on le demande...mais on ne l'écoute pas toujours

Longtemps, on voulait GUÉRIR à tout prix et l'acharnement était une des raisons pour lesquelles l'avis du patient comptait peu voire pas...
De nos jours, les consciences évoluent et acceptent le fait que nous ne sommes pas des soignants-tout-puissants...Mais l'évolution des consciences me semble encore un peu lente et l'acharnement déraisonnable est encore bien présent.

Pourtant, si un patient refuse un soin ou un protocole de soins et même si nous savons qu'il encourt la mort, nous devons l'informer des conséquences de ses décisions et respecter son choix. La loi Leonetti est clair en ce sens !

Dans la même logique, un soignant peut avoir envie de s'opposer à certaines prescriptions. A titre d'exemple, j'avais un truc du genre : "constantes 4 fois par jour" chez une personne en fin de vie (qui avait décidé d'arrêter tout protocole de soins dans la prise en charge d'une lourde pathologie).
Je m'oppose et demande au médecin quel est l'intérêt de sa prescription. Il hausse les épaules alors j'insiste en lui demandant quels actes j'entreprendrai par exemple en cas d'hypotension ou d'hypertension chez cette personne. C'est là qu'il me répond : "RIEN !  Vous ne faites rien ! Elle est en train de mourir"
On est bien d'accord ! (ou presque !). Donc je ne prendrai pas non plus les constantes 4 fois par jour ! La prescription servait juste à rassurer...à se dire qu'au moins, on aura fait quelque chose...
Mais si la personne a décidé d'interrompre les soins curatifs, la meilleures chose à faire est de bien l'accompagner dans ses soins palliatifs et il me semble que la prise des constantes n'en fait pas partie...car plutôt que de passer du temps à prendre une fichue tension dont tout le monde se fiche, je préfère passer du temps à prodiguer des soins de confort et à soutenir la famille dans cette épreuve...

Chacun sa vision du soin...

Thursday 26 May 2011, a 20:27
Portraits d'infirmières
 

Nelly, IDE en hépato-pédiatrie
Sylvie, IDE en rhumatologie
Marie, IDE sur l"Equipe mobile Douleur
Carine, IDE en gériatrie

4 infirmières, 4 portraits, 4 visions de notre beau métier !



Wednesday 11 May 2011, a 19:47
Journée internationnale des infirmiers (2011)
 

Cette année encore, le 12 mai, date anniversaire de la naissance de Florence Nightingale, signe la journée internationale des infirmiers.

A cet effet, je remercie encore tous ceux et celles qui donnent chaque jour un peu (beaucoup) de leur temps  pour guérir parfois, soulager souvent, écouter toujours (Profession de foi de Louis Pasteur)

Saturday 05 March 2011, a 16:35
Les futurs nouveaux infirmiédecins
 

Ou médecinfirmiers...à voir !
Dans tous les cas, on y arrive !
Sortez vos panoplies : on va jouer aux docteur :D


Laurent Hénard, président de la mission relative aux nouveaux métiers de la santé a été clair dans ses réponses données lors de l'entretien mené par Yasmina Ouharzoune, rédactrice en chef de la revue de l'infirmière.

A travers son discours, Mr Hénard tente de convaincre ses lecteurs (des paramédicaux!!!) de la nécessité (ou de l'utilité) de créer de nouveaux métiers de la santé...de faire des infirmiers d'aujourd'hui des petits médecins de demain (et pour cause, la France est en sévère pénurie médicale et le phénomène ne s'arrangera pas avant 2030!)
A VOUS DE JUGER !


[...] N'avons-nous pas aujourd'hui une dualité entre des paramédicaux avec une formation autour de bac + 3, une expérience, une richesse de parcours et finalement une sous-utilisation de ces professionnels et, à l'autre bout de la chaîne, des médecins entre bac + 9 et bac + 12 qui font des actes qui ne justifient pas un tel niveau de formation ?Ne pouvons-nous pas imaginer des professions avec des qualifications et des niveaux intermédiaires ? Comme vous l'imaginez, la réponse a été oui. [...] C 'est dans cet esprit-là que nous avons imaginé des paramédicaux praticiens dans un système sécurisé.

[...] La coopération entre les professionnels de santé va permettre aux paramédicaux d'avancer dans leurs pratiques et notamment d'investir le champ du diagnostic, de la consultation, de la prescription. [...] Pour les infirmiers, ce seront des spécialisations différentes que celles qui existent aujourd'hui puisqu'ils vont être amenés à faire des tâches auparavant réalisées par les médecins. Et pour les effectuer, ils devront valider un master dans un domaine spécifique pour approfondir leurs compétences et leurs responsabilités dans un champ donné.

[...] Pour les aides-soignants, cela va aussi ouvrir des perspectives d'évolution. S'il y a des infirmiers qui deviennent praticiens, il n'y aura pas pour autant besoin de moins d'infirmiers. La création de ces nouveaux métiers va mettre la chaîne en mouvement. Pour le moment, nous n'avons pas décelé de besoin pour des métiers entre bac et bac + 3. Il ne faut pas non plus créer de nouvelles professions pour le plaisir de créer de nouvelles professions.



Tout l'article de la revue de l'infirmière N° 169 de mars 2011, visible en ligne ici >> http://www.em-consulte.com/article/282806

Tuesday 01 March 2011, a 12:40
Mon Projet Pro
 

Voilà l'un des projets pro que je présenterai à l'oral du concours cadre si je suis admissible. Vous le savez tous maintenant : les ESI, c'est mon combat ! Je dédie ce post à Lexy qui se reconnaitra à travers certaines lignes et à tous ceux qui "souffrent" de leur statut d'étudiants. SURTOUT, ne lâchez rien et foncez jusqu'au bout !



L'accueil et l'encadrement des étudiants dans un service de soins


Au cours mes trois années d'études infirmière, je réalisais que l'encadrement en stage n'était pas toujours à la hauteur de mes attentes. Je comprenais même que cela engendrait parfois chez certains une démotivation voire un abandon des études. Encore aujourd'hui, nombreux sont les étudiants qui déplorent la mauvaise qualité de l'accueil et de l'encadrement qui leur sont fait par un personnel las, qui se doit de subir cette charge de travail supplémentaire qu'est la formation d'un étudiant durant son stage.


De plus, beaucoup de stagiaires rapportent le fait d'être utilisés dans certains services comme personnel d'appoint  afin de soulager une équipe en sous-effectif et ne pouvant répondre à une trop grande charge de travail. Ainsi, ils ressentent parfois une certaine frustration et regrettent de ne pouvoir atteindre les objectifs qu'ils se sont fixés pour leur apprentissage. De leur côté, les soignants avouent avoir des difficultés à se positionner en tant que modèle et à se conformer à l'évolution de la profession infirmière.


Les cadres, quant à eux, se retrouvent régulièrement confrontés à un refus de leur personnel d'assumer des fonctions d'encadrement et ce, d'autant plus souvent depuis la dernière mutation des études infirmières. Aujourd'hui, l'élève est universitaire et  l'infirmier se voit promu du nouveau statut de tuteur de stage et ne se sent pas à la hauteur, préférant s'abstenir d'engager sa responsabilité dans la validation ou non des compétences à acquérir durant les stages. En effet, l'étudiant en stage a pour mission de valider des compétences en reliant la théorie à la pratique et en développant une réflexivité lui permettant l'analyse de pratiques professionnelles. En clair, le « nouvel étudiant universitaire » apprend par le biais de situations clés lui demandant de réfléchir, d'analyser puis de comprendre ses faits et gestes au regard de ladite situation.


L'infirmier ne doit plus simplement valider un acte mais une compétence dans son entier et pour ce faire, changer sa façon d'encadrer. Le soignant doit laisser plus de marge à l'étudiant, il doit le mettre en position d'acteur et non plus simplement de spectateur. L'étudiant n'est plus un simple miroir qui réfléchit et reproduit les gestes de l'infirmier qui l'encadre. Il fait lui-même et se remet en question sur sa propre pratique pour la corriger, l'améliorer et la parfaire.  Le soignant doit apprendre à se mettre en retrait pour laisser sa place à l'étudiant, le laisser prendre ses marques, le faire réfléchir sur des situations données. Ainsi l'apprenant, beaucoup plus actif dans sa formation,  doit  mobiliser son savoir pour enrichir son savoir-faire et son savoir-être. Observer, questionner, faire des liens, se positionner, supposer, proposer…et agir ! Agir pour trouver un sens à ses pratiques professionnelles.

 

Il me parait primordial de pouvoir garantir la qualité de la prestation d'encadrement tel que le souligne la « charte d'encadrement des étudiants en soins infirmiers » instituée entre chaque IFSI et l'hôpital dont il dépend. Dans cette logique, les tuteurs et professionnels de proximité se doivent d'accompagner les étudiants tout au long de leur période de stage pour être en mesure d'évaluer leur progression. Ils sont là pour aider ces derniers dans l'acquisition des compétences, les guider dans l'apprentissage des gestes professionnels lors des soins infirmiers, susciter la réflexion et la remise en question et (je dirais surtout) les encourager dans l'amélioration et le perfectionnement de leurs acquis. Il n'est pas négligeable de rappeler qu'1/3 des 180 ECTS nécessaires à l'obtention du diplôme sont obtenus en stage et que l'acquisition des compétences, par le principe de la pédagogie réflexive est elle aussi relié à la pratique sur le terrain.

 

Aujourd'hui, j'aimerai poursuivre l'amélioration d'accueil et d'encadrement des étudiants (pour faire de nos futurs collègues des personnes motivées et efficaces), en travaillant sur certaines missions telles que : 

 

  • Encourager les échanges et les rencontres avec les cadres référents en IFSI pour      permettre une meilleure coordination

 

  • Encourager les infirmiers à se former au tutorat des étudiants et à changer leurs habitudes en matière d'encadrement des étudiants

 

  • Privilégier un moment propice à la rencontre et l'accueil des étudiants en amont du stage

 

  • Favoriser un encadrement de qualité au travers duquel l'étudiant pourrait atteindre les objectifs qu'il s'est fixé

 

  • Faciliter l'accès aux différents moyens de formation (documents, personne   ressource…)

 

  • Réserver des temps spécifiques pour réaliser des bilans de stages lors d'entretiens où le tuteur et l'étudiant pourraient échanger leur point de vue, évaluer et réajuster les objectifs fixés en début de stage

 

  •  Proposer des solutions en cas de difficultés liées à l'apprentissage

 

  •  Comprendre et résoudre les éventuels conflits avec l'équipe

 

  • Sensibiliser les équipes sur la nécessité d'une reconnaissance du statut d'étudiant par le respect et la valorisation de son savoir

 

  • Permettre une évolution progressive et favorable vers le statut de professionnel de santé

 

  • Réaliser un questionnaire de satisfaction à remplir par l'étudiant sur « l'accueil et l'encadrement dans le service »

 

  • Faire admettre une remise en question de la part des soignants et un réajustement de leur rôle d'encadrement



Je suis certaine que d'un bon accueil et d'un encadrement de qualité découle une plus grande motivation et un meilleur stage. De ce fait, je souhaite à l'avenir dans mon rôle de cadre,  partager mes motivations et étendre l'atteinte des objectifs aux personnels intéressés par le tutorat.

Wednesday 09 February 2011, a 11:58
Formation cadre : une histoire d'ECTS
 

Le rapport de l'IGAS (Inspection générale des affaires sociales) intitulé “Quelles formations pour les cadres hospitaliers ?” soumet une formation partielle à l'ensemble des cadres de santé. Le niveau de sortie proposé de 60 ECTS ne correspond à rien dans le paysage de l'enseignement supérieur français ou européen.

Le Comité d'entente des formations infirmières et cadres (Cefiec) et la Fédération nationale des étudiants en soins infirmiers (Fnesi) jugent inacceptables cette proposition de l'IGAS préconisée pour la formation des cadres de santé.

Les deux organisations ( Cefiec et Fnesi)  réclament le grade de master avec 120 ECTS. Le Cefiec souhaite également que les cadres de santé reçoivent un diplôme professionnel.

La Fnesi et le Cefiec s'inquiètent par ailleurs pour le métier de formateur des cadres de santé. "Le rapport stipule que les cadres de santé pourront alterner gestion de service de soins et poste de formateur en institut de formation tout en retirant les apports en matière de formation à la pédagogie des cadres de santé", observe la Fnesi. Elle demande que "la formation des formateurs fasse l'objet d'un cursus particulier amenant à la délivrance d'un master composé de 120 ECTS" et leur permettant "d'alterner la pratique et l'enseignement, afin d'être au plus proche des réalités des terrains".

Pour la Fnesi, "ce rapport n'a pu être écrit en pensant prioritairement à la qualité des formations paramédicales et donc à la qualité de l'offre de soins". Le Cefiec craint que le métier de formateur disparaisse. Il "s'étonne du gigantesque paradoxe consistant à négliger la formation des formateurs dans un contexte de réingénierie de formation de l'ensemble des professions paramédicales".

En résumé :

Aujourd'hui, certains IFCS (Institut de Formation des Cadres de santé) proposent -inclue dans leur  formation initiale existante-  une formation universitaire permettant d'atteindre le niveau master 1 (M1) sous réserve d'obtenir les 60 ECTS requis.
Ce niveau permet à tout cadre, titulaire de son diplôme, de travailler dans un service de soin.

A l'avenir (plutôt proche), il est prévu que seul les cadres ayant obtenu leur master 2 (M2) aux termes de 120 ECTS, pourra prétendre à  un poste de cadre formateur dans les IFSI.

Ce que réclament les différentes fédérations et comités, c'est une formation cadre permettant l'obtention d'un diplôme professionnel de niveau master 2 (120 ECTS) permettant de choisir de travailler dans un service ou dans un IFSI. L'IFCS de Reims est actuellement le seul à proposer l'enseignement universitaire niveau M2  en parallèle de sa formation (donc non inclue dans le programme). Les étudiants cadres se doivent d'aller d'une part à l'IFCS préparer leur diplôme cadre et d'autre part, prendre des cours à la fac pour obtenir leur crédit de 120 ECTS. Des journées épuisantes quand il faut aller en cours de l'aurore à l 'aube !

Alors, pour ces nouveaux cadres qui sortiront avec un niveau M1, pensez vous qu'ils auront encore le courage de retourner 1 an en fac pour se recréditer de 60 ECTS supplémentaires leur permettant dès lors d'enseigner?
C'est sûr...à ce rythme, les IFSI ont du souci à se faire pour leur recrutement!

Friday 04 February 2011, a 18:49
Avenir de la profession...évolution ou dérive ?
 

Le dernier décret (N°2004-802 du 29 juillet 2004)  régissant notre profession infirmière écrit en son Article R. 4311-3 que :

Relèvent du rôle propre de l'infirmier ou de l'infirmière les soins liés aux fonctions d'entretien et de continuité de la vie et visant à compenser partiellement ou totalement un manque ou une diminution d'autonomie d'une personne ou d'un groupe de personnes.Dans ce cadre, l'infirmier ou l'infirmière a compétence pour prendre les initiatives et accomplir les soins qu'il juge nécessaires conformément aux dispositions des articles R. 4311-5 et R. 4311-6. Il identifie les besoins de la personne, pose un diagnostic infirmier, formule des objectifs de soins, met en œuvre les actions appropriées et les évalue. Il peut élaborer, avec la participation des membres de l'équipe soignante, des protocoles de soins infirmiers relevant de son initiative. Il est chargé de la conception, de l'utilisation et de la gestion du dossier de soins infirmiers.


Dans les années proches à venir, sera t-on encore en mesure de demander à un infirmier de prodiguer des soins relevant de son rôle propre lorsque, pendant 6 semestres de formation, on lui aura appris à devenir un "petit médecin".
Nos nouveaux collègues accepteront ils de faire une toilette, d'accompagner une personne aux WC  ou de changer sa protection ou encore de l'aider à manger ou à boire  alors qu'ils seront presque à même de rédiger des prescription?

Evolution positive de la profession ou dérive pour remplacer le manque cruel de médecins?
Depuis le nouveau référentiel de formation infirmière, nous sommes de plus en plus confrontés à des réticences bien marquées de la part des étudiants qui se refusent à "torcher des culs" comme ils osent si bien le dire !
"Nous, on est là pour faire des gestes techniques!"

Aujourd'hui en IFSI, on leur demande de connaitre les traitements à administrer et leur posologie exacte dans telle ou telle pathologie... Les bilans et les examens complémentaires à effectuer et à savoir interpréter face à tel tableau clinique... Comment, après leur avoir inculqué une science médicale, pourra t-on leur demander de prodiguer des soins de base répondant aux besoins fondamentaux décrit par notre chère Virginia Henderson?

Protéger, maintenir, restaurer et promouvoir la santé physique et mentale des personnes ou l'autonomie de leurs fonctions vitales physiques et psychiques en vue de favoriser leur maintien, leur insertion ou leur réinsertion dans leur cadre de vie familial ou social...     Ces lignes sont pourtant bien issues de l'
Article R. 4311-2 de notre décret de compétence !

Je ne suis pas médecin !
Je n'ai pas un salaire de médecin !
J'aime prendre soin et cela ne se résume pas pour moi à des batteries de traitements, bilans et examens complémentaires en tout genre !
Le bien être d'autrui commence par le prendre soin et me parait être la base fondamentale de notre profession...mais j'ai bien peur que cela ne se perde...et bien trop vite !

A titre d'exemple :
Poser un plateau repas et venir le retirer intact  30 minutes plus tard en s'exclamant "ah bah vous n'avez rien mangé ma petite dame..." et lire dans les transmissions :
"N'a rien mangé"...le soignant s'est il une seconde posé la question de savoir si le patient pouvait manger seul ou s'il avait besoin d'aide?
Après quoi, on se verra prescrire toute sorte de compléments vitaminiques et de protéiques histoire de pallier ou de lutter contre une éventuelle dénutrition...
Bah oui, c'est tellement plus rapide de faire avaler 3 cachou plutôt qu'une entrée, un plat, un dessert!!!!

J'pourrais en écrire des tonnes mais je vais m'arrêter là
Il y a des (i)logiques qui m'échappent ???!!!!!!


Après plusieurs comm, je me permets de rajouter ceci :
L'encadrement des ESI, c'est mon cheval de bataille
Ancienne ou nouvelle réforme, ça ne change rien sur le terrain en ce qui me concerne (Pour info, le theme du projet pro que je présentera au concours cadre si je suis admissible est "l'accueil et l'encadrement des ESI")
Je suis là pour vous apprendre ce que je sais et que j ai appris des autres avant cela
Je déplore juste ce nouvel enseignement qui se rapproche de celui dispensé aux USA et qui ségrèguera très vite les IDE en plusieurs sous catégories...


Thursday 03 February 2011, a 19:57
Une profession intermédiaire pour demain
 

Voilà quelque chose dont on parle de plus en plus souvent : la création d'une profession intermédiaire entre infirmier et médecin....des aides medecins ou auxiliaires medecins...Entendons le comme on veut, notre belle profession d'infirmier a du souci à se faire!



Xavier BERTRAND,

Ministre du Travail, de l'Emploi
et de la Santé

Valérie PECRESSE,
Ministre de l'Enseignement
supérieur et de la Recherche

Nora BERRA,
Secrétaire d'Etat chargée de la Santé

Remise du rapport de Laurent Hénart, ancien ministre, Yvon Berland, président de
l'université Aix-Marseille II, et Danielle Cadet, directrice des soins,
relatif aux métiers en santé de niveau intermédiaire

Xavier Bertrand, Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Santé, Valérie Pécresse, Ministre de
l'Enseignement supérieur et de la recherche, et Nora Berra, Secrétaire d'Etat chargée de la Santé, ont reçu
ce jour le rapport relatif aux métiers en santé de niveau intermédiaire – Professionnels d'aujourd'hui et
nouveaux métiers : des pistes pour avancer par ses auteurs Laurent Hénart, Yvon Berland et Danielle
Cadet.

Ce rapport s'inscrit dans un contexte de réforme des formations paramédicales, conduite conjointement
par le Ministère du Travail, de l'Emploi et de la Santé et le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la
Recherche.

La nouvelle formation des infirmiers est désormais reconnue au grade Licence, les autres formations
paramédicales sont en cours de rénovation et de reconnaissance universitaire, il est donc nécessaire de
réfléchir aux perspectives à donner pour la formation de professionnels de santé ayant une compétence
acquise par une formation au niveau Master: notre système de santé a-t-il besoin de nouveaux
professionnels paramédicaux, si oui dans quels domaines prioritaires, pour quoi faire, et comment doiventils
être formés ?

Ces nouveaux professionnels, formés à un niveau intermédiaire entre les paramédicaux (formés
généralement en 3 ans) et les médicaux (formés au minimum à 9 ans) pourraient-ils permettre de recentrer
les médecins sur leur coeur de métier, faciliter la fluidité des prises en charge, sécuriser les pratiques et
reconnaître l'expertise acquise par certains paramédicaux ?

Ces questions, qui mettent au centre la question de la formation des paramédicaux, sont d'autant plus
cruciales que la loi HPST pose désormais le principe de la « coopération entre professionnels de santé »
(article 51 de la loi), principe qui permet aux professionnels de déléguer entre eux des actes, c'est-à-dire,
pour certains professionnels paramédicaux spécialement formés, d'exercer au-delà de leurs actes
traditionnels, dans une discipline ou auprès de certains patients ciblés, dans des conditions fixées et
contrôlées par la HAS et l'ARS.

Le rapport Hénart, Berland et Cadet propose des réponses pragmatiques, en insistant sur la nécessité de
former des paramédicaux au niveau Master, afin que ces derniers puissent prendre en charge les
pathologies chroniques dans des conditions précises. Ces nouveaux personnels médicaux à responsabilité
définie devraient ainsi pouvoir intervenir en relais du médecin, en étant eux-mêmes dotés d'un pouvoir de
prescription.

Sunday 26 December 2010, a 20:41
Quand l'infirmier devient tuteur...et l'étudiant, acteur.
 

Il n'y a pas si longtemps, l'infirmier qui encadrait un étudiant en soins infirmiers ne réalisait peut être pas la responsabilité qui lui incombait de former son futur collègue. Mais, au fil des années, l'élève est devenu universitaire et depuis peu l'infirmier se voit promu du nouveau statut de tuteur de stage. Mais à vrai dire…savons-nous vraiment ce que c'est qu'être tuteur ?


Il me semble bon d'en connaitre les différentes définitions pour bien comprendre ce nouveau rôle. Sur ce point, les dictionnaires nous renseignent très bien sur le sujet :

·        Dans le monde agricole, un tuteur est une armature soutenant une jeune plante ayant fait l'objet d'un tuteurage

·        En droit,  un tuteur est une personne chargée de veiller aux intérêts d'un mineur ou d'un incapable adulte placé sous le régime de la tutelle.

·        En histoire, un tuteur est un maître chargé de donner des leçons philosophiques et politiques à un futur prince.

·        Dans l'enseignement supérieur et le monde de l'entreprise, un tuteur est une personne responsable de transmettre ses connaissances à un étudiant ou un stagiaire dans le cadre d'une fonction appelée tutorat.

 

Si l'on s'en réfère à ces dernières explications, nous pourrions en conclure que le rôle de l'infirmier tuteur de stage est d'une importance capitale et engage une grande part de responsabilité quant au devenir de l'étudiant. En effet, l'infirmier qui se cautionne pour tutorer un étudiant, s'engage dans un processus de formation long et complexe qui lui demande bien plus qu'une simple annotation sur une feuille de fin de stage.

 

En effet, l'étudiant en stage a pour mission de valider des compétences en reliant la théorie à la pratique et en développant une réflexivité lui permettant l'analyse de pratiques professionnelles. En clair, le « nouvel étudiant universitaire » apprend par le biais de situations clés lui demandant de réfléchir, d'analyser puis de comprendre ses faits et gestes au regard de ladite situation. Et de ce fait de valider l'une des dix compétences requises.


Mais alors, quel est le rôle de l'infirmier s'il ne doit plus simplement valider un acte mais une compétence dans son entier ? Le soignant doit laisser plus de marge à l'étudiant, il doit le mettre en position d'acteur et non plus simplement de spectateur. L'étudiant n'est plus un simple miroir qui réfléchit et reproduit les gestes de l'infirmier qui l'encadre. Il fait lui-même et se remet en question sur sa propre pratique pour la corriger, l'améliorer et la parfaire.  Le soignant doit apprendre à se mettre en retrait pour laisser sa place à l'étudiant, le laisser prendre ses marques, le faire réfléchir sur des situations données. Ainsi l'apprenant, beaucoup plus actif dans sa formation, devra mobiliser son savoir pour enrichir son savoir-faire et son savoir-être. Observer, questionner, faire des liens, se positionner, supposer, proposer…et agir ! Agir pour trouver un sens à ses pratiques professionnelles.


Il me parait primordial de pouvoir garantir la qualité de la prestation d'encadrement tel que le souligne la « chartre d'encadrement des étudiants en soins infirmiers ». Dans cette logique, les tuteurs et professionnels de proximité se doivent d'accompagner les étudiants tout au long de leur période de stage pour être en mesure d'évaluer leur progression. Ils sont là pour aider ces derniers dans l'acquisition des compétences, les guider dans l'apprentissage des gestes professionnels lors des soins infirmiers, susciter la réflexion et la remise en question et (je dirais surtout) les encourager dans l'amélioration et le perfectionnement de leurs acquis. Il n'est pas négligeable de rappeler qu'1/3 des 180 ECTS nécessaires à l'obtention du diplôme sont obtenus en stage et que l'acquisition des compétences, par le principe de la pédagogie réflexive est elle aussi relié à la pratique sur le terrain…


(Cet article est à paraitre dans la Revue de l'Infirmière,N°168  - rubrique "Actualités, courrier des lecteurs, février 2011)


Friday 10 December 2010, a 12:25
Laboratoires en danger...
 

...et Infirmière, bientôt plus piqueuses!

En janvier dernier, Roselyne Bachelot, alors ministre de la santé, faisait paraître une ordonnance selon laquelle les prélèvements sanguins ne seraient plus effectués que par des biologistes médicaux ou sous leur responsabilité.

Autrement dit, l'infirmier n'ayant pas reçu l'accréditation du laboratoire dont il dépend, ne sera pas autorisé à réaliser de prélèvements sanguins. Tout infirmier devra donc...tenez vous bien :  se former à la prise de sang! Des années qu'on enfile des aiguilles dans des veines et tout à coup, il faut qu'on soit FORME à cela!

Et pour ce qui est du domicile???? Pour l'instant rien n'est moins sur mais il semblerait que les patients soient bientôt obligé de se déplacer au laboratoire le plus proche de chez lui...à condition qu'il n'ait pas fermé!

Parce qu'en effet, les petits labos ne sont pas sûrs de pouvoir résister aux nouvelles recommandations visant à se suréquiper de matériels ultra modernes et très coûteux. Conséquence immédiate : fermeture des labos de proximité, licenciement et obligation de regroupement avec de grands plateaux techniques!

Ainsi, la Générale de Santé, ainsi que d'autres grands groupes financiers sont donc certains de racheter tous les labos de France et de Navarre...Il deviendra très vite impossible à un médecin biologiste de posséder son propre labo...d'autant qu'il ne sera plus nécessaire d'être biologiste pour être directeur de laboratoire!

A ce sujet, une biologiste s'exprime :
Bonjour,
 Etant biologiste directrice d'un petit labo (3 personnes) de proximité, je confirme cette info. L'ordonnance est passée en janvier 2010 et nous avons jusqu'en 2013 pour nous mettre aux nouvelles normes. Ce qui est totalement impossible pour les petits et moyens labos vu le coùt car bien évidemment tout cela n'est pas gratuit. Donc pour ma part, étant trop petite, je suis condamnée à disparaître!!! A 54 ans c'est un peu dur à avaler!!! Quant aux regroupements de labos c'est un pis aller, pour faire face aux structures financières qui attendent ( comme pour les cliniques) de racheter et rentabiliser au maximum au dépens de la relation avec les patients. Des labos traitant plus de 1000 dossiers jours ne peuvent être à l'écoute de la personne. Et effectivement à terme il n'y aura plus que 1 ou 2 labos par département y compris pour les labos des petits hôpitaux. Ceci est le système américains, allemand, et autres pays européens.
Voilà donc l'avenir de la santé vendue aux grands groupes financiers.


En France aujourd'hui, tout devient source de profit...même notre propre sang ! Merci au gouvernement et à ses fabuleuses idées!

Monday 29 November 2010, a 17:33
Reconversion professionnelle...
 

...ou comment devenir infirmier(e) après 30 ans?

C'est ce que partage sur son blog cette jeune maman de 30 ans en passe de réaliser son rêve.

Entre la maison, les enfants, le mari, le boulot actuel...pas facile de tout gérer et de se lancer dans cette aventure! Mais quand on est motivé(e), on y arrive!!!!


http://devenirinfirmiere.over-blog.com/

Sunday 21 November 2010, a 13:17
Infirmier, un métier passionnant et diversifié
 




Monday 15 November 2010, a 18:16
Quand l'infirmière se trompe (article de la MACFS)
 

ARTICLE DE LA MACSF

http://www.macsf.fr/vous-informer/quand-l-infirmiere-se-trompe-film-du-sou-medical.html#internallink9789

Responsabilité de l'étudiant infirmier (ère), défaut de surveillance des actes confiés à un étudiant, vérification de la prescription médicale... Les mises en cause possibles des infirmier(e)s exerçant à l'hôpital sont multiples.  

Le groupe MACSF a créé un film de 15 minutes s'inspirant de cas réels et présentant 6 mises en cause d'infirmières ou d'étudiants infirmiers afin de rappeler à tous combien il est important d'avoir une responsabilité civile professionnelle.


Les thèmes abordés dans le film

- Responsabilité de l'étudiant infirmier
- Délégation des tâches
- Défaut de surveillance des actes confiés à un étudiant
- Vérification de la prescription médicale
- Violation du secret professionnel
- Pas noté, pas fait


Ce film dont la bande-annnonce se trouve ci-dessous sert de support à une formation dispensée par des spécialistes du Sou Médical-Groupe MACSF (organisme de formation agréé). Contactez le service communication au 01 71 23 73 06 pour plus de renseignements

Voir aussi la vidéo "Quand le médecin se trompe", un film du Sou Médical-Groupe MACSF

On nous a tellement souvent conseillé de prendre une assurance professionnelle



Wednesday 03 November 2010, a 13:40
+ - x /...petit calcul
 

Au 1er décembre 2010, nous, infirmiers de la vieille école, allons être revalorisés... Si si! J'vous assure!!! J ai fait les calculs me concernant!
Hey! Attention hein...j'ai un bac option maths môa...LOL

Alors, voilà en ce qui me concerne :
Je suis actuellement infirmière de classe normale
J exerce depuis 10 ans
Je suis à l'échelon 5 avec un indice majoré à 390
(Bien qu'ayant beaucoup travaillé dans le privé, l'hôpital m'a repris mes années d'ancienneté)
Mon salaire de base BRUT s'élève à 1805.82€

Je choisi de passer en catégorie A

Au 1er décembre 2010, je passerai échelon 4 (étant donné que la nouvelle grille indiciaire comprend 11 échelons à gravir en classe normale au lieu de 8 actuellement)
D'ailleurs faudra qu on m explique car l'échelon 4 correspond à 6 ans de carrière et le 5 à 9 ans alors pourquoi???
Bref...
Mon indice majoré gagnera 7 points et sera de 397
Mon salaire de base BRUT sera de 1838.23€ soit une augmentation BRUT de 32.41€ ! (La classe!!!!!)

Au 1er juillet 2011, mon indice majoré prendra 2 points supplémentaires et passera alors à 399 pour un salaire de base BRUT de 1847.49€ soit 9.26€ d'augmentation salariale BRUT (Là c'est très fort!!!!)

Au 1er juillet 2012 (et ce sera le dernier pallier à franchir en terme de revalorisation), mon indice majoré prend 3 points et passe à 402  et  mon salaire passera à 1831.38€ soit 13.89€ en plus BRUT

Si je calcule bien, entre le 1er décembre 2010 et le 1er juillet 2012 soit en 1 an et demi à peu près...j'aurai une augmentation salariale BRUT de 55.56€!

ET ON APPELLE çA DE LA REVALORISATION ????
C'est une blague j'espère?

NB : les salaires indiqués varient de quelques centimes selon les grilles fournies par les différents organismes.
Mes "savants" calculs se basent sur une grilles données par un syndicat dans mon service.
Vous pouvez aussi vous faire une idée avec la grille proposée par le site de la CNI

Wednesday 06 October 2010, a 12:28
Salon infirmier 2010
 

Vous êtes des professionnels de santé à la recherche d'innovations et de formation. Le Salon infirmier est fait pour vous !

Un lieu d'échanges, de prise de contacts et de brassage d'expériences : c'est ce que cette nouvelle version a la prétention d'être.

Le Salon Infirmier s'articule autour de trois espaces :

  • Un espace d'exposition avec de nombreux stands où vous pourrez glaner des informations, discuter avec d'autres professionnels, vous renseigner auprès des exposants. Pour celles qui sont en quête de changement, des établissements de santé représentés par leurs équipes attendent votre visite et vos questions.
  • Un Forum, lieu ouvert sur la zone d'exposition, où se discuteront avec des professionnels engagés les grandes questions liées à l'actualité lors de débats qui vous aideront à vous forger votre propre réflexion.
  • Un espace de formation constitué de 9 salles où se dérouleront plus de 70 conférences qui vous permettront d'enrichir votre pratique. Des professionnels soignants y communiqueront leur pratique et échangeront avec vous sur des thématiques qui reflètent les mille manières d'exercer le métier d'infirmier.

Le Salon Infirmier est aussi ce que vous en faîtes : un lieu de convivialité où l'on a plaisir à se rendre entre collègues, à flâner dans les allées, à s'arrêter à un stand et à se faufiler dans une salle pour ne pas manquer une conférence !

Le Salon Infirmier® 2010, véritable « mosaïque de talents » vous invite à vous pré-inscrire dès maintenant (nouveaux tarifs attractif). Vous éviterez ainsi l'attente à l'accueil !
Renseignements : 33 (0)1 76 73 34 32 begin_of_the_skype_highlighting              33 (0)1 76 73 34 32      end_of_the_skype_highlighting / 39 06.

Merci à toutes et tous de faire de ces journées un temps professionnel fort et un rendez-vous annuel incontournable.

Christine Lavenir

Commissaire du Salon



Article du site espaceinfirmier.com

Monday 04 October 2010, a 12:27
Abrogation des notes annuelles dans la FHP
 

Désormais, les agents de le fonction publique hospitalière (fonctionnaire et contractuel en CDI) ne verront plus apparaître de note en bas de leur feuille d'évaluation annuelle.

En 2011, l'entretien professionnel sera conduit par un supérieur hiérarchique comme les autres années. Ce dernier évaluera les résultats professionnels obtenus par l'agent au regard des objectifs qui lui ont été fixés. Comme les années précédentes, le cadre définira avec l'agent les objectifs pour l'année à venir et les perspectives d'amélioration de ses résultats professionnels.  Il sera également aborder la manière de servir de l'agent, les compétences acquises au cours de l'expérience professionnelle, les aptitudes aux fonctions d'encadrement pour l'agent qui les exerce, les besoins de formation et les perspectives d'évolution professionnelle en termes de carrière et de mobilité.

La nouveauté réside dans le fait que le cadrepourra moduler la durée du temps passée dans les échelons, dans la limite des durées prévues par les statuts particuliers et après avis de la commission administrative paritaire compétente, pour les agents dont la valeur professionnelle, appréciée dans le cadre de l'entretien professionnel et exprimée dans le compte rendu de l'entretien professionnel, le justifie.

Ce nouveau décret - n°2010-1153 du 29 septembre 2010 et publié au Journal Officiel le 1er octobre dernier - définit l'application de cette nouvelle évaluation que dans des termes d'expérimentation... L'affaire est donc à suivre!




Réf :
(Décret n°2010-1153 du 29 septembre 2010 portant application de l'article 65-1 de la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la FPH, Journal officiel, vendredi 1er octobre, texte 17)

Friday 01 October 2010, a 14:49
Catégorie A ou B : il faut choisir!
 

Après de multiples infos et intox, les infirmiers de soins généraux devront très prochainement choisir entre catégorie A ou B.
En effet , le décret tant attendu vient de paraitre au journal officiel
textes n°36, 37, 40, 41, 52 et 53).

En résumé, ce décret met en place de nouvelles grilles indiciaires pour les IDE de soins généraux et pour les IDE spécialisés.

Un nouveau corps baptisé "corps des infirmiers en soins généraux et spécialisés" fait son apparition.
Ce nouveau corps  est classé en catégorie A et découpé en 4 grades:
- 1er et 2eme grade pour les IDE en soins généraux
- 2eme et 3eme grade pour les IBODE et les puéricultrices
- 3eme et 4eme grade pour les IADE

Le choix des nouvelles grilles indiciaires a pour conséquence directe le  renoncement de la retraite à 55 ans et de la bonification d'un an tous les dix ans pour le calcul de la pension. En contrepartie, les nouvelles dispositions prévoient une augmentation salariale dont ne bénificiront pas les IDE préférant rester en catégorie B.

Dans tous les cas, les infirmiers qui refuseront le nouveau dispositif resteront dans leurs corps d'origines qui seront amenés de toute façon à disparaître...

Pour l'heure, seuls les IDE de soins généraux sont amenés à faire leur choix de catégorie et leur reclassement s'effectuera de façon rétroactive au 1er décembre 2010. Ils ont 6 mois soit jusque fin mars pour faire part de leur choix.
Les IDE spécialisés seront reclassés au 1er juillet 2012 (leur choix devant être fait dans les 6 mois précédents)

IL EST A NOTE QUE CE CHOIX EST DEFINITIF ET NON MODIFIABLE

De même, les infirmiers qui n'auront pas fait part de leur choix resteront automatiquement dans leur catégorie actuelle

Les propositions de reclassement seront données aux IDE dans les services dans les deux mois à venir


Source : http://www.espaceinfirmier.com


POUR VOUS AIDER DANS VOTRE CHOIX :
http://www.coordination-nationale-infirmiere.org/index.php/Grille-des-salaires/#ideclassenormale

Sunday 15 August 2010, a 16:31
Mon parcours professionnel
 

Parce que le métier d'infirmière

est accessible au plus grand

nombre et qu'il est très diversifié,

j'ai décidé de vous faire part

de mon parcours 

(j'ai volontairement supprimé

les villes et département d'exercice)

 

Formation

1997 - 2000            Diplôme d'État Infirmier

1996                       Baccalauréat Littéraire

 

Expérience professionnelle 

Avril 1998   -          Faisant fonction

                               d'aide-soignante

Nov 1999               - Gériatrie court et long séjour

                               - Chirurgie orthopédique et       

                                  chirurgie digestive

 

Déc. 2000            Infirmière, Centre 

                              Antoine Lacassagne

Déc. 2002               - Cancérologie

 

Déc. 2002              Infirmière, Institut

                                Arnault Tzanck

Sept. 2004          - Cardiologie médicochirurgicale

                        - Soins Intensifs de cardio

                              - Plateaux Techniques de cardio

                                hémodynamique + SSPI

 

Sept. 2004             Infirmière, Clinique

                                Chirurgicale

Nov. 2005             Bloc opératoire - SSPI

 

Fév. 2006             Infirmière référente,

                               EHPAD Jacqueline Auriol

Juill. 2006            Prise en charge de 70 résidents

                              (y compris unité Alzheimer)

                                     

Juill. 2006            Infirmière, CH de L.

Mars 2009          Hémodialyse  

                             Remplacements en médecine

                             et en soins intensifs de chirurgie

 

Mars 2009            Infirmière, CH de S.

A ce jour              Néphrologie / hémodialyse

                             Remplacements Urgences et

                              court séjour gériatrique

 

Implications dans l'institution

 

-          Groupe d'autoévaluation  -

Certification V2010 –

 Réf. 16  « Accueil du patient »


-          Co-rédaction de procédure :

« Accueil d'une personne hospitalisée

en court séjour »


-          Tuteur de stage des étudiants

en soins infirmiers


-          Cours à l'IFSI

 

 

 

Formations suivies

Formation de base sur les chimiothérapies utilisées en cancérologie


Arrêt cardio circulatoire

Gestion du chariot d'urgence

Transfusion sanguine


Prise en charge des patients atteints de la maladie d'Alzheimer


Transplantation Rénale


Tutorat des étudiants en soins infirmiers


Gestes et soins d'urgence


Dialyse Péritonéale

 

Travaux soumis à publication

« Les savoirs »- Echange, revue de l'AFIDTN N°88

Novembre 2009


« La relation d'aide » - Echange, revue de l'AFIDTN

N°88 - Novembre 2009


« L'accueil du patient » - Echange, revue de l'AFIDTN

N°89- Janvier 2010


« Le burn out » - Echange, revue de l'AFIDTN

N°91 - Juillet 2010


« L'acceptation de la dialyse » - Echange,

revue de l'AFIDTN N°91 - Juillet 2010


« Maltraitance des personnes âgées » - Echange,

revue de l'AFIDTN  N°91 - Juillet 2010



« Infirmière au-delà des frontières » - EchoReins

A PARAITRE


Interview sur : « Les nouvelles technologies

de l'information et

de la communication » - Revue de l'infirmière

A PARAITRE




























Thursday 20 May 2010, a 17:10
L'ordre (presque) abrogé pour les infirmiers salariés
 

Roselyne Bachelot a decider de ne pas maintenir l'obligation de cotisation ordinale pour les infirmiers salariés. Elle a souligné que la création de l'Ordre infirmier (par la loi du 21 décembre 2006, ndlr) était une décision antérieure à son arrivée au ministère de la santé. Elle a rappelé qu'elle avait demandé aux instances ordinales de ne pas dépasser de 20 euros le montant des cotisations mais que celles-ci "n'avaient pas voulu obéir à ces conseils de bon sens".

"Je ne laisserai pas intimider les infirmiers salariés par une demande de 150 euros [au titre des cotisations 2009 et 2010, ndlr]. Je ne laisserai pas [l'Ordre] exposer les employeurs d'infirmiers salariés au risque d'être poursuivis pour exercice illégal de la profession d'infirmier", a déclaré la ministre de la santé.

Elle a ajouté que "les instances disciplinaires et la protection par le Haut conseil des professions paramédicales" garantissaient un cadre à la pratique des infirmiers.

"Notre système de santé a besoin de cohésion et n'a pas besoin d'un double pilotage. C'est pourquoi je soutiendrai votre proposition de loi et ferai en sorte de ne réserver l'obligation d'adhérer à l'Ordre infirmier qu'aux infirmiers libéraux", a déclaré la ministre de la santé. Elle a précisé que les infirmiers salariés pourraient adhérer "de manière volontaire".

Pour une fois je dirai MERCI ROSELYNE
Et merci à tous ceux qui comme moi ont résisté aux multiples appels à cotisation et se sont rebiffés jusqu'au bout pour obtenir cette abrogation!
[non...suis pas syndiquée...je défends juste mon point de vue et ne demande à personne d'avoir le même que moi ;)  Encore heureux...]

Source : www.infirmiers.com



Tuesday 04 May 2010, a 13:37
Pourquoi infirmier et pas aide soignant ?
 

Plusieurs d'entre vous redoutent la question du jury à savoir pourquoi il ou elle préfère devenir infirmière plutôt qu'aide soignant(e)... voici une piste de réflexion (qui n'est pas LA réponse mais une idée)

L'arrêté du 25 janvier 2005 relate en son annexe IV que

"L'aide soignant exerce son activité sous la responsabilité de l'infirmier, dans le cadre du rôle qui relève de l'initiative de celui-ci, défini par les articles 3 et 5 du décret n°2002-194 relatif aux actes professionnels et à l'exercice de la profession d'infirmier. [...]
L'aide soignant réalise des soins liés aux fonctions d'entretien et de continuité de la vie visant à compenser partiellement ou totalement un manque ou une diminution de l'autonomie de la personne ou d'un groupe de personnes. Son rôle s'inscrit dans une approche globale de la personne soignée et prend en compte la dimension relationnelle des soins. L'aide soignant accompagne cette personne dans les activités de sa vie quotidienne, il contribue à son bien être et à lui faire retrouvrer, dans la mesure du possible, son autonomie."

L'article L4311-1 du code de la santé publique définie la fonction infirmier comme suit :
"Est considérée comme exerçant la profession d'infirmière ou d'infirmier toute personne qui donne habituellement des soins infirmiers sur prescription ou conseil médical, ou en application du rôle propre qui lui est dévolu. L'infirmière ou l'infirmier participe à différentes actions, notamment en matière de prévention, d'éducation de la santé et de formation ou d'encadrement.."



Outre la différence de fonction (entendons, les soins techniques infirmiers notamment), pourquoi choisir le métier d'infirmier plutôt que celui d'aide soignant?

Premièrement parce que le candidat possède un diplôme (baccalauréat le plus souvent) lui permettant de se présenter au concours
Ensuite parce le candidat se sent apte à poursuivre 3 ans d'études avec rigueur et assiduité.

De plus, la profession d'infirmier offre de multiples possibilité de postes et un grand panel de soins tous aussi différents et certainement intéressants les uns que les autres. L'infirmier peut tout à fait travailler en chirurgie, en médecine, en gériatrie, au bloc opératoire, aux urgences, en réanimation. L'aide soignant aussi certes mais ses soins resteront sensiblement les mêmes alors que l'infirmier se verra enrichi de nouveaux soins techniques propres à chaque spécialités.

D'autre part, il n'est pas négligeable de savoir que la profession d'infirmier offre également plusieurs possibilité en terme d'évolution de carrière.
En effet, l'IDE peut se spécialiser en temps que qu'infirmier de bloc opératoire (IBODE), infirmier anesthésiste (IADE), infirmier(e) puéricultrice et infirmier cadre de santé.
Toutes ses spécialités offrent un salaire revalorisé par rapport au salaire de base d'un infirmier

Pour les globe trotters, la profession permet aussi de travailler pour des associations humanitaires et de s'expatrier vers d'autres horizons. La prévention tiendra alors toute son importance dans des pays en voie de développement par exemple.
Mais sans aller courir l'Afrique, l'infirmier peut "simplement" aller travailler en Suisse ou au Canada qui recrutent souvent des infirmiers français pour leurs structures de soins.

Toutefois, je tiens à préciser que je n'ai absolument rien contre le métier d'aide soignant sans lequel nos services de soins seraient bien pauvres. Je remercie tous mes collègues aides soignants pour leur travail et leur dévouement au quotidien (je regrette d'ailleurs de ne pas avoir d'AS dans mon service)
Il est important de préciser qu'un bon travail d'équipe (infirmier - aide soignant) donne tout simplement de bon résultats en terme de qualité des soins prodigués.


Monday 03 May 2010, a 18:34
Besoin N°11 : Agir selon ses croyances et ses valeurs
 

Selon Virginia Henderson, Agir selon ses croyances et ses valeurs est la capacité d'une personne à connaître et promouvoir ses propres principes, croyances et valeurs. Également à les impliquer dans le sens qu'elle souhaite donner à sa vie.

Je réfléchissais à cela cet après midi et notamment au respect et à la tolérance de chaque soignant envers les croyances et valeurs de chaque patient.
Je me souviens que lorsque que je faisais des remplacement en maison de retraite pendant mes études, je travaillais en binôme avec une aide soignante qui, lorsque qu'elle rentrait dans la chambre d'un résident, changeait systématiquement le programme à la TV pour mettre des clips...

Le plus souvent le dimanche, nos résidents aimaient regarder la messe à la télévision, faute de pouvoir s'y rendre. Je trouvais honteux de leur changer leur programme et de leur infliger un musique qui, pour le coup, était bien loin de l'AVE MARIA...

L'aide soignante me disait souvent : "de toute façon, il (elle) regarde pas, c'est juste un fond sonore, il (elle)s'en fout de sa télé et de la messe"

Je trouve intolérable que l'on puisse agir de telle sorte en tant que soignant. La tolérance et le respect étant des bases à notre profession.
Que le patient soit athée, catholique, évangélique, protestant, juif, musulman, hindouiste ou je ne sais quoi d'autre il me semble que nous devons, en tant que soignant (voire même en tant qu'être humain), respecter ses choix même s'ils ne sont pas les nôtres et tolérer un minimum les principes qui vont avec dans la mesure où cela n'affecte pas l'organisation des soins ou ne met pas sa vie en danger.

A méditer...tout le monde ne pense peut être pas comme moi...

Friday 23 April 2010, a 16:09
Adieu Cornettes et Soumission !
 

Je ne voudrais pas froisser certains esprits mais, le temps des infirmières à cornette soumises au grand docteur est bel et bien révolu! 

 

D'où émerge notre profession ?

Du Moyen Age messieurs dames !!!

Le premier ordre religieux exclusivement soignant fût celui des Augustines de l'Hôtel Dieu. A cette époque les soins – qui n'étaient que des soins du corps et des actes de la vie quotidienne- n'étaient prodigués EXCLUSIVEMENT par des femmes car selon les us et coutumes de l'époque, ils relevaient uniquement de la compétence féminine.

 

Le terme d' »Infirmière » ne fait son apparition qu'en 1398, l'adjectif « infirme » étant quant à lui apparu bien plus tôt vers 1288.

 

En 1633, Saint Vincent de Paul se rend compte que l'acte de charité ne suffit plus et que les soins requièrent une certaine compétence et une forme d'organisation. Il créé dès lors la compagnie des Filles de la Charité dite « Sœurs de Saint Vincent de Paul ». Ces jeunes filles sont recrutées selon des critères d'ordre moral à savoir : « Jeune fille de moins de 28 ans, jouissant d'une réputation irréprochable et d'une santé robuste, issue d'une famille respectable et n'ayant jamais occupé un emploi servile »

L'acte de soigner est totalement BENEVOLE, il procède de la rédemption !

 

En 1789, la Révolution Française modifie le statut des hôpitaux : il devient laïc et nationalisé.

Les infirmières perçoivent leur premier salaire…une misère pour des heures de travail longues et épuisantes ! Le célibat leur est IMPOSE. L'infirmière n'a AUCUNE vie personnelle et de détente

 

Soucieux de l'instruction des infirmières, Saint Vincent de Paul est le premier à penser à préparer ces filles sans instruction et ébauche la formation professionnelle. Il est suivi du Pasteur Antoine Verneuil qui organise des cours et des stages pratiques dès 1842.

Mais ce n'est qu'en 1878, le 20 mai plus exactement, que deux écoles de formation infirmière ouvrent leurs portes : il s'agit de la Salpêtrière et de Bicêtre. L'enseignement dure 1 an et se reparti en 7 cours théoriques (administration, comptabilité hospitalière, anatomie, physiologie, pansements et petite chirurgie, hygiène, soins aux femmes en couche, aux nouveaux nés, cours sur les crèches, pharmacie). L'enseignement pratique se fait auprès des malades avec une « maîtresse de l'enseignement pratique » choisie parmi le personnel.

Le premier diplôme d'infirmière apparaît en 1883 : il est un diplôme d'école acquis par l'assiduité aux cours et après avoir obtenu la moyenne à l'une des 2 ou 3 compositions obligatoires sur chacun des cours dispensés.

 

En 1864, La croix Rouge s'organise elle aussi pour assurer la formation. Les médecins hospitaliers prennent en charge l'enseignement et les écoles des Peupliers et de La Jonquière (1908 et 1909) connaissent leur première directrice.

 

En 1902, le Dr Anna Hamilton présente une thèse en doctorat sur les soins infirmiers. Elle est nommée directeur de la maison de santé protestante de Bordeaux et ouvre la célèbre école Florence Nightingale de Bagatelle.

 

Après la Première Guerre Mondiale, l'action sanitaire se modifie et la fonction infirmière s'affirme. La formation devient plus adaptée, plus en rapport avec les besoins de santé de la société Française. La Croix Rouge introduit la diététique et les maladies infectieuses dans son programme de formation.

 

En 1920, le rôle infirmier se définie ainsi : « Le rôle de l'infirmière hospitalière est de servir le malade en veillant constamment sur lui et tout ce qui l'entoure, et principalement en secondant assidûment et docilement le médecin…Son rôle auprès des malades est celui d'une sœur ou d'une mère »

 

Le premier décret de compétence fait son apparition le 27 juin 1922 puis est  publié au journal officiel le 1er juillet de la même année. Il donne à la profession une véritable reconnaissance à travers un diplôme national : le brevet de capacité d'infirmière professionnelle permet de porter le titre d'infirmière diplômée de l'Etat Français.

Dès 1924, la formation a lieue sur 22 mois. 43 écoles reçoivent un agrément.

 

Après de multiples écrits et la création d'associations infirmières, la Loi du 8 avril 1946 donne une nouvelle définition de la profession : « Est considérée comme exerçant la profession d'infirmière ou d'infirmier toute personne qui donne habituellement, soit à domicile, soit dans les services publiques ou privés d'hospitalisation ou de consultation, des soins prescrits ou conseillées par un médecin »

 

Puis l'arrêté du 17 juillet  1961 situe les infirmières en tant que personnes qui assurent « la responsabilité des soins d'hygiène et de confort […] Elles ont en outre  à effectuer avec technicité précise les soins et examens parfois complexes nécessités par l'état du malade ». C'est le début de l'image de l'infirmière technicienne !

L'infirmière doit « comprendre la valeur et les raisons de ses gestes […], participer intelligemment  à la surveillance du malade pour dépister des complication […] décider d'effectuer certains soins d'urgence avant l'arrivé du médecin »

On relève la notion de collaboration et d'aptitude à décider : c'est, pour la première fois, une reconnaissance de compétence. C'est aussi l'amorce d'une certaine autonomie.

 

En 1972, soit une décennie plus tard, le programme de formation inclus la connaissance de l'être humain et présente les soins infirmiers sur le plan psychologique, éducatif et technique. Cela annonce l'arrivée de la nouvelle définition de l'infirmière selon la loi du 31 mai 1978 : « Est considérée comme exerçant la profession d'infirmière ou d'infirmier toute personne qui, en fonction des diplômes qui l'y habilitent, donne habituellement des soins infirmiers sur prescription médicale ou conseil médical, ou bien en application du rôle propre qui lui est dévolu. En outre, l'infirmière participe à différentes actions notamment en matière de prévention, d'éducation de la santé et de formation ou d'encadrement »

 

Suivent ensuite les décrets du 17 juillet 1984, puis du 15 mars 1993 (que j'ai connu pendant mes études) et celui du 11 février 2002 et enfin celui du 29 juiillet 2007. Dans ces derniers, les soins infirmiers sont définis sur la base de la qualité et dans le respect des droits de la personne, faisant référence à la « Chartre du patient hospitalisé » et la « Chartre des droits et libertés de la personne âgée dépendante »

 

Alors, doit-on encore se plier aux exigences personnelles de Monsieur le Docteur ?

Perso, suis pas là pour ranger les dossiers laissés en plan sur le bureau infirmier, ni pour décrocher les radios laissées sécher sur le négatoscope, ni pour aller faire des photocopies pour le Dr…et j'en passe et j'en passe ! Quand quelque chose ne me plait pas, je le dit ! Aussi, il m'est arrivée de gentiment dire au Dr qu'il savait aussi bien se servir de la photocopieuse que moi, ou encore que les radios, c'est comme le linge, on les étend sur le négato puis on les détend !

Généralement, ça passe bien…

Au boulot, j'ai juste ma tunique-pantalon et mes sabots mais pas les cornettes de bonne sœur soumise !!


Source : Le métier d'infirmière en France - Catherine Duboys Fresney / Georgette Perrin

Sunday 04 April 2010, a 10:38
Cotisation ordinale : 10% des infirmiers ont payé
 

Des mois que nous nous battons pour abroger la cotisation à l'ordre...pour des prunes !

La cotisation annuelle à l'ordre infirmier est maintenue pour l'exercice 2010 - 2011 à 75 euros par infirmier

 

Pire encore, les sociétés d'exxercice libéral doivent désormais s'acquitter d'un montant s'élevant à 150 euros annuel! (Ce qui n'était absoluement pas prévu au départ)

 

Et histoire de raccoler davantage de monde, les nouveau diplômés bénéficient d'une remise dde 50% la première année de leur exercice soit une cotisation à 37.50 euros ...

 

Dans la série "je me fous de la tête du monde des infirmiers", voilà que les infirmiers retraités exerçant à titre bénévole se voient aussi dans l'obligation de payer ces 37.50 euros...Quelle faveur que cette remise exceptionnelle  ! Vive les soldes !!!!!

 

On se fout de nous !

Mais pas étonnant vu que 50 000 infirmiers - soit 10% de la profession -ont payé sans broncher dès le départ

 

 

 

Plus d'infos sur l'ordre infirmier ici

Wednesday 31 March 2010, a 08:34
Assignée
 

Gréviste mais contrainte de travaillée (comme d'hab), j'affiche quand même mon parti par solidarité à tous ceux et celles qui ont pu manifester pour nous ! 

Friday 26 March 2010, a 19:16
Catégorie A = Retraite à 60 ans
 

Les députés de la commission des lois ont approuvé l'article 30 du projet de loi qui fait passer l'âge légal de départ à la retraite des infirmiers et des personnels paramédicaux de 55 ans à 60 ans. Cette réforme sera applicable sur la base d'un choix individuel de passage en catégorie A. Le texte sera examiné en séance publique par les députés mardi 30 mars.

TOUT L'ARTICLE ICI

[Et avec ça, on ne veut plus reconnaitre non plus la pénibilité de notre profession...]

Mardi 30 mars 2010, je serai gréviste !
Pour MA profession, pour VOTRE profession
Pour MON avenir, pour VOTRE avenir

29.03 : j'apprends ce jour que je suis assignée demain alors que je ne devais pas l'être...Grrrrrrrrrrrrrrr




 

Friday 26 February 2010, a 09:19
Formation 2010
 

A l'occasion des entretiens annuels dans la fonction publique hospitalière, le cadre de santé de service demande à l'agent s'il a des souhaits particuliers en terme de formation professionnelle.

Cette année, j'ai demandé une formation sur la dialyse péritonéale. En néphrologie depuis juin 2009, j'ai un peu appris "sur le tas" et je voulais reprendre les bases et approfondir mes premiers acquis.

Ce sera bientôt chose faite : je pars les 6 et 7 mai 2010 à Strasbourg pour la formation AFIDTN sur la dialyse péritonéale et suis très satisfaite de cette nouvelle.

Toutes les formations 2010 de l'AFIDTN dans leur catalogue en ligne

Thursday 18 February 2010, a 09:54
Check-list « sécurité du patient au bloc opératoire »
 

Depuis le 1er janvier 2010, la check-list « sécurité du patient au bloc opératoire » est obligatoire dans tous les blocs opératoires.


Cette check-list consiste à vérifier systématiquement, de manière croisée au sein de l'équipe, dix points critiques aux trois temps charnière d'une opération : 

  • avant l'anesthésie : l'identité du patient, la présence d'allergies…
  • avant l'intervention proprement dite : l'intervention prévue, sa localisation, l'administration des antibiotiques si nécessaire…
  • après l'intervention : le décompte des matériels (compresses, aiguilles…), les prescriptions postopératoires…

Jusqu'à présent, ces vérifications étaient faites de manière plus ou moins systématique et n'étaient pas forcément partagées au sein de l'équipe. C'est un des points clé de la check-list, outil bien connu du milieu de l'aéronautique, qui a également fait la preuve de son efficacité au bloc opératoire. 


Cette check-list est également efficace : une étude réalisée selon un protocole avant-après, sur près de 8000 patients dans 8 pays sur une période courte (moins d'un an) a permis de conclure à l'amélioration des résultats chirurgicaux grâce à l'implantation de cette check-list.  


Ses objectifs sont :

  • d'améliorer la sécurité au bloc opératoire et réduire les erreurs chirurgicales en intégrant dans les pratiques quotidiennes des équipes chirurgicales, la vérification croisée de différents points critiques de sécurité ;
  • de renforcer, d'améliorer la communication et le partage des informations au sein des équipes travaillant au bloc opératoire.

La check List proposé par la Haute Autorité de Santé n'est pas modifiable.
Sa mise en place sera vérifiée par les experts-visiteurs dans le cadre de la certification, à travers la V2007 et la V2010.


En pratique

Les membres de l'équipe médico-soignante renseignent, en moins de 2 minutes, la check-list en vérifiant oralement 10 points considérés comme essentiels, en présence de tous et avec la participation du patient (avant qu'il ne soit endormi).


Notamment, avant l'induction anesthésique, sont confirmés - dans l'idéal par le patient,
son identité, l'intervention et le site à opérer ;
de même, sont vérifiés l'installation du patient et le matériel nécessaire pour l'intervention ;
enfin, sont évalués les risques allergiques, respiratoires et hémorragiques.
au cours d'un temps de pause avant l'opération, une vérification ultime des points concernant l'intervention est faite au sein de l'équipe au complet et sont partagées les informations essentielles concernant les éventuels points critiques de la procédure chirurgicale et anesthésique ;
enfin, il est demandé de vérifier que l'antibioprophylaxie si elle est recommandée, a bien été effectuée.
après l'intervention, est effectuée une confirmation orale de l'intervention réalisée, du compte final correct des instruments, aiguilles, compresses, de l'étiquetage correct des prélèvements ainsi que du signalement des dysfonctionnements éventuels ;
le dernier point concerne la vérification de la réalisation conjointe des prescriptions postopératoires. 


Ces éléments sont tracés sur un support papier ou électronique par un coordonnateur Check-list, le plus souvent un personnel infirmier, en coordination avec le chirurgien et l'anesthésiste responsables de l'intervention ou le cas échéant, avec le professionnel qualifié en chirurgie ou anesthésie auquel a été délégué un temps opératoire.

Un bon outil d'amélioration de la qualité des soins dans les blocs opératoires.

Source : http://www.infirmiers.com/

Saturday 13 February 2010, a 10:07
Tous mobilisés le 11 mars 2010 !
 

Mobilisation de la filière infirmière : 11 mars 2010

Les syndicats professionnels SNICS-FSU, SNIES- UNSA Education, SNPI, SNIA et CNI se sont réunis le mercredi 10 février 2010 afin de définir les suites à donner concernant le protocole d'accord relatif à l'intégration dans la catégorie A de la fonction publique hospitalière des infirmiers et des professions paramédicales aux diplômes reconnus dans le LMD par les universités et à l'intégration des corps de catégorie B de la fonction publique hospitalière dans le nouvel espace statutaire de la catégorie  B. ...
Les cinq organisations ont conclu à la nécessité d'une action de mobilisation afin de faire reconnaître le niveau de qualification et d'exigence de la responsabilité professionnelle de la filière infirmière.

La date du jeudi 11 mars 2010 a été retenue comme celle d'une grande journée de grève et d'action nationale.

Les revendications porteront notamment sur la remise en cause du protocole d'accord du 2 février pour :

  • une véritable revalorisation sur une grille A type pour la profession infirmière
  • maintien de la reconnaissance de la pénibilité (catégorie active et bonification tous les 10 ans).

Ce qui suppose :

  • l'ouverture de négociations pour la Fonction Publique d'Etat
  • la réouverture des négociations pour la Fonction Publique Hospitalière.

Les cinq organisations invitent l'ensemble des organisations syndicales et des associations professionnelles à s'associer dans l'intérêt de tous.

Présentation
Femme en blanc des années 2000.Mon quotidien, mes coups de gueule, des réponses à vos questions...

Envoyer un mail à l'auteur
publicité
commentaire(s)
Cadre N+2 JEJU (04/08/2014 15:16)

Je te souhaite bonne...

La goutte Mél (09/07/2014 09:31)

Les fruits sont auto...

La goutte Fruits Frais (03/07/2014 17:31)

Bonjour et merci pou...

Le rein : 1er organe greffé avec succés http://homnes.com/ (01/07/2014 18:03)

<a href=\"ht...

La pressionveineuse centrale (PVC) Mél (01/07/2014 15:33)

merci

La pressionveineuse centrale (PVC) aboubacardaman (01/07/2014 14:35)

Je suis tres seduis ...

Potassium sanguin, trop ou pas assez : les conséquences Mél (30/06/2014 12:04)

Pour la kaliémie il ...

Potassium sanguin, trop ou pas assez : les conséquences nini (30/06/2014 06:55)

Bonjour, j\'ai ...

Cadre N+2 chacha (27/06/2014 16:07)

quel beau parcours, ...

La coronarographie cardiaque laurent (24/06/2014 13:59)

bonjour j\'ai 2...

Newsletter

Pour vous inscrire à la newsletter de ce blog renseignez votre adresse mail :


mes catégories
Divers/news (203)
Profession infirmière (87)
Etudiants infirmiers (85)
A voir (78)
Mon quotidien (75)
Cadre (51)
Coups de gueule (46)
Dialyse/néphrologie (29)
Brève d'un jour (20)
DGS (17)
Cancérologie (16)
Greffe (14)
Cardiologie (12)
Néphro/dialyse (11)
Pharmacologie (11)
Gériatrie (11)
Infectieux (10)
Anat/phy (10)
Divers / News (10)
Urgence/réa (9)
Mes lectures (9)
Anecdotes (9)
Greffes (8)
Psychiatrie (8)
Gynécologie/obstétrique (8)
MSP (7)
Diététique (7)
Diabétologie (6)
Sexo (5)
Prévention (5)
Gynecologie/obstétrique (5)
Rhumatologie (4)
Pédiatrie (4)
Chirurgie viscérale (4)
Mes soirées (3)
Divers / news (3)
Psycho (2)
Anatomie / Physiologie (2)
Anatomie/Physiologie (2)
Gynéco / obstétrique (2)
Endocrinolgie (2)
Formation (2)
Hémo/néphro (2)
Urgences / Réa (2)
Gynécologie/obtétrique (2)
divers (2)
Gynéco/obstétrique (1)
ORL/OPH (1)
Dermatologie (1)
Pensées (1)
Visiomania (1)
Santé Publique (1)
Néphro / dialyse (1)
Publications (1)
Néphro Dialyse (1)
A Voir (1)
Lectures (1)
Cancéro (1)
Néphrologie / Dialyse (1)
Pharmaco (1)
Néphrologie/dialyse (1)
Néphro / Dialyse (1)
Cancero (1)
Articles précédents
Liste des articles
calendrier
«juin 2014»
LunMarMerJeuVenSamDim
01
02 03 04 05 06 07 08
09 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30
archives
2014-06 (2)
2014-05 (2)
2014-04 (1)
2014-03 (2)
2014-02 (1)
2014-01 (2)
2013-12 (2)
2013-11 (1)
2013-10 (3)
2013-09 (2)
2013-08 (2)
2013-07 (3)
2013-06 (7)
2013-05 (8)
2013-04 (6)
2013-03 (7)
2013-02 (9)
2013-01 (7)
2012-12 (1)
2012-11 (4)
2012-10 (6)
2012-09 (4)
2012-08 (3)
2012-07 (8)
2012-06 (4)
2012-05 (3)
2012-04 (8)
2012-03 (17)
2012-02 (10)
2012-01 (10)
2011-12 (15)
2011-11 (6)
2011-10 (10)
2011-09 (17)
2011-08 (16)
2011-07 (6)
2011-06 (25)
2011-05 (23)
2011-04 (11)
2011-03 (22)
2011-02 (17)
2011-01 (18)
2010-12 (15)
2010-11 (23)
2010-10 (12)
2010-09 (7)
2010-08 (9)
2010-07 (6)
2010-06 (8)
2010-05 (16)
2010-04 (12)
2010-03 (11)
2010-02 (15)
2010-01 (7)
2009-12 (9)
2009-11 (9)
2009-10 (7)
2009-09 (12)
2009-08 (17)
2009-07 (15)
2009-06 (19)
2009-05 (14)
2009-04 (13)
2009-03 (15)
2009-02 (35)
2009-01 (27)
2008-12 (24)
2008-11 (163)
thèmes
Etudiants infirmiers
Profession infirmière
Mes blogs Mongenie préférés
Collectif de Patients en Colère
Proust conseille les femmes
Toute la cuisine que j'aime
Mes autres blogs préférés
Traduction pour aide à la prise en charge des patients étrangers
Blog de la santé
Net-infirmiers.com
Gerer soi même son planning
Médi-mémo
ReinEchos
Annuaire sanitaire et social
Actusoins
Bouzou's blog : de l'humour à revendre
Expert Actusoins
Un infirmier.actusoins
Stérilisation à l'hôpital
Emploi Infirmiere
Hospitalités
Quand sert mon site
Actu médicale
Diagnostics infirmiers
Le blog d'un kiné
Jobvitae (recherche d'emploi)
Associaion Pour l'Animation des Dialysés Hospitalisés
Chirurgie des yeux LasikMD
Journal des étudiants en médecine
Emploi infirmier
Seringue.net
Remplacements (para)médicaux
Pipeul
D'autres blogs sur monGenie
0N SE FAIT LA VIE PLUS BELLE -
Liberté Egalité Fraternité
READYTOPLAY
SOLIBLOG
ON VIT UNE EPOQUE FORMIDABLE !
Visites depuis

Le début du mois : 37043

Le mois dernier : 62372

L'ouverture du blog : 1240387



** ** © Learnorama - conditions générales - développé par Learnorama - Contact